Les randonnées en Nouvelle Zélande






Aller en Nouvelle-Zélande sans faire de randonnée, c’est un peu comme un apéro sans prendre de bière. Du coup, j’ai l’impression qu’on a un peu fait que ça… 

Je vous raconte ici les 4 que j’ai préférées, et qui sont d’après moi incontournables.

La plupart des randonnées que nous avons faites sont dans l’île du sud, qui est à mon sens la plus époustouflante des 2 îles et la plus variée. Il faut savoir qu’en Nouvelle-Zélande il y a des randonnées très connues, qui s’appellent des « Great Walks », et qui sont censées être les plus belles. Du coup elles sont très prisées et il faut s’y prendre en avance pour s’inscrire (pour la plupart), mais surtout, elles sont vraiment chères. Nous avons plutôt privilégié les gratuites, ou très peu chères, mais tout aussi magnifiques.


L’Abel Tasman

Commençons par une des Great Walk justement, très connue dans l’île du sud : l’Abel Tasman. Je l’ai particulièrement appréciée car elle est très différente des autres randonnées en Nouvelle-Zélande : en bord de mer bleu turquoise, plages de sable orangé, nature verdoyante et surtout beaucoup d’animaux à observer : dauphins, otaries, orques, pingouins. 

 C’est pour cette dernière raison que nous avons décidé de la faire en kayak, en 2 jours et 1 nuit (je conseille de prendre 3 jours et 2 nuits). L’avantage de louer un kayak pour cette randonnée est qu’il y a de nombreuses îles et plages impossibles d’accès à pieds… ce qui veut dire
qu’on se croit un peu dans un film d’aventures.
Nous avons pu voir nos 1ères otaries de près, on était comme des fous, et puis en fait quand on a rencontré d’autres voyageurs…  



On aurait donc pu avoir plus de chance, mais ça reste un de mes meilleurs souvenirs de ce voyage


Le Blue Lake

Toujours dans la même région, il y a la randonnée au Nelson Lakes, qui permet de voir le Blue Lake, lac le plus pur au monde, et ça, c’était de la randonnée ! Peu de gens que nous avons croisés la connaissaient alors que c’est, je crois, la plus belle que j’ai pu faire. Mais aussi la plus dure… En résumé en quelques dessins :


 Il avait beaucoup plu les jours précédents


C’était plus difficile physiquement que prévu


On était en plein hiver et les journées étaient trop courtes
Pour se reposer on a fait plus de pauses que prévu, et donc on n’avait plus de nourriture


Malgré ça, une fois arrivés au Blue Lake, mais surtout au Constance Lake (un peu plus haut que le Blue Lake) on oublie tout de suite les difficultés



 Le blue Lake
 Nelson Lake
 Constance Lake



Le Hump Ridge Track

Une randonnée encore moins connue et qui m’a marquée se trouve tout au sud de l’île du sud, la Hump Ridge Track, et qui est elle aussi en bord de mer. C’est là que nous avons pu voir des dauphins hector, mais aussi des otaries et des lions de mer. Le chemin nous emmène jusqu'à Port Craig, un port datant de l'époque de l'exploration forestière. On peut donc y voir des anciens chemins de fer et viaducs. Le refuge dans lequel nous avons dormi est une ancienne école qui avait été construite pour les enfants des travailleurs. Nous avons tellement aimé cet endroit que nous sommes restés 2 jours à lire, couper du bois, se promener sur la plage, jouer aux cartes, et surtout ne rien faire.






Le Tongariro Crossing

Je finis par THE randonnée (aussi appelée la chaîne du Mordor, pour les geeks) de Nouvelle-Zélande que tout le monde fait, et on comprend vite pourquoi. En été, cette randonnée (qui se fait sur 1 journée) est blindée de monde, mais permet de voir ces fameux petits lacs bleus et verts que vous voyez sur toutes les photos Facebook de vos amis partis en Nouvelle-Zélande. Nous, nous l’avons faite en hiver et dans ce cas là on est obligés de prendre un guide qui peut fournir le matériel et surtout nous montrer le chemin, qui sous la neige n’est pas évident à trouver. Nous n’avons donc pas vu les petits lacs, gelés à cette époque, mais nous avons eu la chance de voir la chaîne de montagnes et de volcans sous la neige et ça, c’était incroyable.






EnregistrerEnregistrer

1 commentaire